Information : Sanctions disciplinaires prononcées par le directeur

 Cas 1 : Circonstances

Plainte pour agression sexuelle à la maison des élèves en mars 2020, déposée par une élève auprès du procureur et auprès de l’école.

Le procureur a donné suite à la plainte, le tribunal doit se prononcer le 7 mai 2021.

Le conseil de discipline a proposé l’exclusion définitive de l’école à l’encontre de l’accusé le 10 septembre 2020 (PV du 14 mars).

Au moment des faits allégués, l’accusé était sous l’emprise de l’alcool.

L’élève plaignante quittera l’école à la fin de l’année scolaire en cours.

 

Sanction prononcée le 16 septembre 2020

Exclusion définitive avec le sursis suivant :

  1. Exclusion de l’école immédiate, pendant un an, sous réserve des points 2.1, 2.2 ou 2.3 ci-dessous ;
  2. Décision du tribunal pénal en première instance :

2.1 Si le tribunal prononce une non culpabilité, levée de toute sanction et réintégration aussi tôt que possible après le jugement, à une échéance compatible avec le bon déroulement de la scolarité, sans autre condition ;

2.2 Si le tribunal prononce une peine de prison ferme, révocation du sursis et exclusion définitive ;

2.3 Dans tous les autres cas y compris le non-lieu, réintégration au bout d’un an avec maintien du sursis durant la scolarité, conditionné au respect des dispositions suivantes :

  • absence d’état d’ébriété pendant la scolarité ; la démonstration de cet état est apportée par le sanctionné et laissée à son choix, mais doit être à la satisfaction de l’école ; à défaut d’accord de l’école sur la manière proposée, l’école la fixera elle-même ;
  • contribution à la prise de conscience de la gravité des faits par les élèves, selon une forme laissée au choix du sanctionné ;
  • absence d’avertissement disciplinaire durant la scolarité.

Tout manquement aux dispositions ci-dessus entraîne la révocation du sursis et l’exclusion définitive de l’école sans qu’il soit besoin de réunir au préalable le conseil de discipline

 

Cas 2 : Circonstances

Plainte pour agression sexuelle à la maison des élèves en juin 2019, déposée par une élève auprès du procureur en juin 2019 et auprès de l’école en avril 2020.

Le procureur a donné suite à la plainte, le tribunal doit se prononcer le 2 octobre 2020.

Le conseil de discipline a proposé l’exclusion définitive de l’école à l’encontre de l’accusé le 10 septembre 2020 (PV du 14 mars).

Au moment des faits allégués, l’accusé était sous l’emprise de l’alcool.

L’élève plaignante quittera l’école à la fin de l’année scolaire en cours.

 

 

Sanction prononcée le 16 septembre 2020

Exclusion définitive avec le sursis suivant :

  1. Exclusion de l’école immédiate, pendant un an, sous réserve des points 2.1, 2.2 ou 2.3 ci-dessous ;
  2. Décision du tribunal pénal en première instance :

2.1 Si le tribunal prononce une non culpabilité, levée de toute sanction et réintégration aussi tôt que possible après le jugement, à une échéance compatible avec le bon déroulement de la scolarité, sans autre condition ;

2.2 Si le tribunal prononce une peine de prison ferme, révocation du sursis et exclusion définitive ;

2.3 Dans tous les autres cas y compris le non-lieu, réintégration au bout d’un an avec maintien du sursis durant la scolarité, conditionné au respect des dispositions suivantes :

  • absence d’état d’ébriété pendant la scolarité ; la démonstration de cet état est apportée par le sanctionné et laissée à son choix, mais doit être à la satisfaction de l’école ; à défaut d’accord de l’école sur la manière proposée, l’école la fixera elle-même ;
  • contribution à la prise de conscience de la gravité des faits par les élèves, selon une forme laissée au choix du sanctionné ;
  • absence d’avertissement disciplinaire durant la scolarité.

Tout manquement aux dispositions ci-dessus entraîne la révocation du sursis et l’exclusion définitive de l’école sans qu’il soit besoin de réunir au préalable le conseil de discipline

Echanges sur les violences sexuelles et sexistes le 10 décembre

 

Le webinaire a été enregistré et est disponible sur ce lien : https://vimeo.com/489743252/2b6053544d

Ce document retrace l’ensemble des posts du webinaire. Les questions qui n’ont pas reçu de réponse lors de la session sont surlignées en jaune et une réponse écrite leur est apportée tout de suite après.

 

Les Q-R ont été activées

Clément S

Des élèves ont souligné le fait que les comptes rendu de conseils de discipline doivent être rendu publique au sein de l'école. Première question : Est-ce le cas ?

Clément S

Si oui, pourquoi ne l'avez vous pas fait ?

Vincent P.

Laia : votre niveau sonore de micro est vraiment très faible

Théo SARDA

Pourquoi alors faire revenir des élèves que tout le monde ne veut plus voir ? Ce serait les livrer à la place publique que de les réintégrer dans l'école au milieu des élèves qui peuvent les reconnaitre.

Nicolas

Les sanctions disciplinaires ne doivent pas etre rendu publique y compris avec le nouveau decret de juin ?

Théo SARDA

La culpabilité a été reconnue par les élèves eux même, la peine reste à définir par la justice

Agathe Bosc-Haddad

Cela fait plus de 6 mois qu'il existe des Groupes de Travail sur les VSS à l'école, comment expliquez-vous qu'il n'y ait eu aucune communication dessus ?

Agathe Bosc-Haddad

Les groupes de travail sur les VSS existent depuis plus de 6 mois, sont ils parvenus à mettre en place des choses ?

Devaux

Après le départ de sa victime, cela signifie que si les victimes font une année de césure ou redoublent leur année les agresseurs devront attendre une année de plus ?

Clément S

Dans les informations que vous avez mis à disposition sur Campus, il est indiqué que les deux victimes quitteront l'école en fin d'année scolaire. Cela a-t-il influancé votre décision ? Si oui, votre décision serait-elle différente si les victimes étaient en 1A ou 2A ?

AZEMA N.

Une précision : Le conseil de discipline ne peut proposer que 4 sanctions : non sanction, blâme, exclusion temporaire ou définitive.

JAFFIOL

Pourquoi ce sont les victimes qui s'en vont ?

Fernandez Solenn

Si les élèves réintègrent l'école après le jugement, pouvez vous assurer la sécurité des victimes et aux élèves/personnels de l'école ?

Emma Guillot

Cette personne contact en cas d'agression sexuelle ou de viol est-elle formée pour répondre aux victimes ?

Nicolas

D’après les chiffres, 37% des agresseurs récidiverons, comment comptez-vous protéger les élèves, et personnels de l’école ?

Fernandez Solenn

Excusez-moi d'insister sur les mots, mais un viol ou une agression sexuelle n'est pas une "connerie".

Agathe Bosc-Haddad

Pour l'amphi de Septembre aux 1A, pourquoi ne pas avoir fait appel à une personne formée pour parler de VSS ?

Agathe Bosc-Haddad

Pensez-vous que mesdames Julie Szymkowicz et Astrid Southon aient suffisamment de temps et de moyens pour exercer efficacement leurs fonctions de référente parité et référente VSS alors qu'elles ont un autre travail à coté ?

Lucie

Avez-vous conscience que votre décision (réintégrer les agresseur malgré la reconnaissance de leur culpabilité par la justice) aura un impact sur les prochaines victimes ? Cette décision, peu stricte vis-à-vis de la gravité des faits (le viol est un crime), pourrait dissuader les prochaines victimes de parler auprès de l'école

Bastien Bellino

Au vu des évènements de cette année et des témoignages recueillis grâce à la Clitoliste, avez-vous prévu de prendre des mesures supplémentaires concernant les agressions durant cette fin d'année et/ou l'année prochaine ? (Campagne de sensibilisation, contacte avec des associations d'aide aux victimes, ...)

Fernandez Solenn

le viol est un crime.*

Agathe Bosc-Haddad

Quel budget est alloué par l'école pour mettre en place des actions pour lutter contre les Violences Sexistes et Sexuelles ?

Olivier

Certes des personnes ont deja pu etre inculpées dans d'autres affaires. Pourquoi ne pas agir a notre niveau ? Vous vous contentez de dire on connait pas le passé de tout le monde donc ca sert a rien de punir les cas portés a votre conaissance.

La dernière phrase ne reprend pas correctement ce que je dis. Je dis que la justice en France permet à des personnes condamnées de continuer à vivre en société. Nous l’acceptons. Il nous arrive même de côtoyer de telles personnes, sans le savoir. Si le savoir conduisait à ne pas l’accepter et à modifier notre comportement, cela signifierait qu’un coupable qui a purgé sa peine devrait rester puni indéfiniment. Ce n’est pas ma vision de la justice et ce n’est pas celle de nos institutions.

Emma Guillot

Certaines personnes de la Clitoliste ont proposé en GT de travailler avec l'organisation Safe Campus : Un dispositif efficace pour lutter contre les violences sexuelles et sexistes dans les établissements scolaires Pourquoi ne pas débloquer des fonds pour travailler avec ces professionnels et assurer une meilleure sécurité/ prévention dans l'école ?

KARIK

Ne faites vous pas de différence entre ne pas être incarcéré et être réadmis dans une grande école?

Agathe Bosc-Haddad

Les groupes de travail avaient une association disponible pour intervenir pour l'amphi de 1a !!!!!

sylvie Lézé

Je rappelle que nous avons une Assistante sociale, Béatrice COLLIN, formée à l'écoute et l'accompagnement que les élèves peuvent contacter à tout moment au 07 76 57 64 56

MarianneB

Pour info des actions de sensibilisation ont été annulées et repoussées cause COVID

Olivier

La justice juge pour la société en general et non pour l'école. Il me semble que c'est votre rôle de prendre les decisions pour l'ecole. Pourquoi se "cacher" derrière la justice ?

Christophe MILLET

Dans une structure comme la nôtre (comme ailleurs) et au regard des faits évoqués ici, doit-on préserver l'anonymat pour une personne reconnue coupable d'un crime ?

Nous devons agir, comme tout le monde d’ailleurs, conformément aux décisions de justice.

JAFFIOL

L'AGAVIP (association d'aide aux victimes) propose gratuitement de faire de la sensibilisation et de l'accompagnement en matière de VSS.

Daphné Cassedanne

Comment pouvez-vous "ne pas savoir", « sur un sujet aussi important remis au goût du jour il y a bientôt 1 an

Lucie

Suite à la question soulevée précédemment de la récidive, vous n'avez apporté aucune solution pour protéger les élèves, pourriez-vous changer votre décision afin de nous protéger ?

Notre protection contre les agresseurs pénalement répréhensibles est apportée par le système judiciaire dans son ensemble. C’est le cas pour tous les citoyens.

Agathe Bosc-Haddad

Laia, Louise, la question sur le budget please

Christophe MILLET

Il y a des élèves, mais aussi des parents d'élèves

Lucie

C'est une question d'intérêt publique, pourquoi ne pas prendre en compte l'avis de tou.te.s ?

Nicolas

Lors de votre rencontre du vendredi 27/11, vous avez déclaré « je m’en fou de l’image de l’école », en début d’année vous avez déclaré l’inverse concernant une affaire de stupéfiants. Cela ne met-il pas en péril l’image et la qualité de notre diplôme vis à vis des entreprises et de l’avenir de la majorité ?

Agathe Bosc-Haddad

Comment justifier vous que la référente VSS Julie Szymkowicz ne soit pas là maintenant à cet espace d'échange ?

Cet espace d’échange a été créé à l’initiative conjointe de la Clitoliste et de moi-même. S’y connecter est une décision individuelle

Clément S

Avez-vous choisi de garder le silence quand aux affaires mentionnés pour éviter qu'elles arrivent aux oreilles des médias (la presse par exemple) ? Vous avez l'air d'être bien moins engagé dans ces deux affaires majeures que pour une affaire arrivé plus tôt dans l'année et qui a été rendu publique.

jean-Louis chaupin

Pour donner une reponse sur le budget, les enveloppes financières necessaires aux mesures en cours ou non encore definies sont prevues.

Agathe Bosc-Haddad

Avez vous un chiffre précis qui témoigne que vous avez budgétiser les actions?

jean-Louis chaupin

Les propositions faites que ce soit safe campus ou agavip ou autres sont tres interessantes et à poursuivre

Daphné Cassedanne

Comment pouvez-vous avoir un avis (qui prime comme vous le dites) alors que vous n’êtes pas formé et que vous "ne savez pas" ?

Mon avis provient de mon intelligence, de mon cœur et de mes tripes, formés par quelques années d’existence et mis au service de l’école.

jean-Louis chaupin

Non pas de chiffre fixe car cela aurait limité la possibilité d'action

Lucie

Avez-vous conscience des propos blessants et outrants que vous avez eu dans votre dernier mail en disant "vous avez déjà été confronté au viol de l'emprise de l'alcool. J'espère que vous n'avez pas été confrontés à la mort du fait de l'alcool " ? Comptez-vous présenter les excuses publiques que la Clitoliste vous a demandées dans son dernier mail ?

DELORME

Bonjour, il a été dit qu'il serait fait compte rendu de notre échange. Certains points nous paraissant importants ont en effet été mis en exergue. Ce compte rendu a été long à rédiger mais vous a été soumis 48h avant pour avoir vos retour

 Vincent P.

Ne pourrions-nous pas nous fixer un objectif : 0 violences sexuelles ou sexiste à un horizon de ... 12 mois ?

Agathe Bosc-Haddad

Aucune solution n'empêchera d'autres viols de façon certaine à 100% mais les sanctions sont dissuasives au moins

Maha

Nous ne faisons pas confiance à la justice en effet. Mais nous osons espérer qu'à petite échelle, nous soyons soutenues par des personnes qui ont le pouvoir de changer les choses dans notre entourage immédiat. En effet, si vous croisez un agresseur et qu'il le vous arrive rien, vous avez bien de la chance, car pour beaucoup d'entre nous ce n'est pas le cas.

Théo SARDA

Vous dîtes prendre cette décision, vous souhaitez ne pas confronter l'avis de la justice et plutôt confronter le souhait des élèves et celui du conseil de discipline. en pesant le pour et le contre, vous permettez à deux violeurs d'avoir un diplôme aux mines d'Alès en risquant leur sécurité et la notre contre le grès de la majorité. la justice rend la justice dans la société dans un cas général, l'école est un cas particulier où il vous appartient d'opérer pour le bien commun. Avec tout cela : Dans l'intérêt de qui oeuvrez-vous en prenant cette décision ?

Lucie

Seul 1% des violeurs sont sanctionnés par la justice, il est effectivement dur d'avoir confiance en cette justice, nous savons aujourd'hui que nous ne pouvons pas non plus faire confiance en notre école

boukhana

Une sanction définitive va servir d'exemple pour tout le monde

Agathe Bosc-Haddad

Dans les groupe de travail la demande a été faite et refusée

Fernandez Solenn

Les entreprises n'attendent pas le résultat de la justice pour licencier les employés accusés d'avoir commis des crimes (le viol en étant un.). Et le simple fait d'être reconnu coupable, même avec sursis, ne change rien à cela. Pourquoi ne pas faire de même ?

Marius Quetier

Faire intervenir des professionnels dans le cadre d'un établissement scolaire prends du temps, seriez vous prêts à faire intervenir les groupes de travail et/ou les élèves eux mêmes dans le cadre des VSS à l'école pour avoir un gain de temps.

A.Reymond

De ce que j’ai compris de votre décision, dans le cas d’une culpabilité reconnue par la justice associée à une peine avec sursis, l’agresseur pourra réintégrer l’école à partir du moment où la victime l’aura quitté, que cela prenne 1 an ou plus. Pouvez-vous confirmer ou infirmer cela car j’ai l’impression que ce n’est pas clair dans l’esprit de tout le monde. Pour ma part, je suis d’accord avec cette décision et pense que c’est un bon moyen de protection des victimes.

L’éloignement physique aussi rapide que possible de l’agresseur pour qu’il ne rencontre plus sa victime est en effet le point central de ma décision. C’est pour cela que j’ai décidé d’intervenir disciplinairement alors que les agressions avaient eu lieu en dehors de l’école et que cette possibilité n’est pas avérée.

 

POUVREAU

Bonjour, la justice peut elle décidé de l’exclusion des élèves ? Si non dans quel mesure pensez vous exclure des élèves reconnus coupable de crime par la justice

La justice a le pouvoir de priver de liberté, il n’y a pas plus fort. Elle peut assortir une remise en liberté de toutes les conditions qu’elle estime nécessaire à la protection des citoyens.

Agathe Bosc-Haddad

Dans un cas il y a eu communication et transparence et dans l'autre Rien

POUVREAU

Bonjour, la justice peut elle décidé de l’exclusion des élèves ? Si non dans quelle mesure pensez vous exclure des élèves reconnus coupable de crime par la justice

Clément S

Dans le cas de l'affaire de drogues, des communications par mail ont été faite, des amphitéâtres, des sanctions pour tous les élèves (au niveau des campagnes d'élection), ... Pour ce qui est des deux affaires dont on parle, vous n'avez rien fait avant que des élèves ne vous interpellent

Nicolas_2

Vous nous dites que nous devons interpeller la presse pour faire bouger les choses ?

Agathe Bosc-Haddad

se dédouanner parce que la mde et l'école sont séparés c'est moche ....

Daphné Cassedanne

la création de la clitoliste est un bon exemple de réaction de notre part, de même que les groupes de travail

Marine

Vous avez passé le message de Théo SARDA, qui résumait très bien le fond, si rapidement que cela montre beaucoup de choses.... Vous ne voulez pas faire d'exemple pour un viol par contre pour un événement privé qui ne transgresse pas la loi vous en faites un. De plus vous dites agir pour le bien commun mais agir contre la volonté de bon nombre de vos élèves et membres du personnel, pour en plus les mettre en danger, me semble anormal. Enfin comment justifier dans ce cas qu'une décision aussi importante soit celle d'un seul homme qui aille à l'encontre de l'avis commun?

Votre avis est celui d’un groupement de personnes impliquées et impactées par l’agression. Ces relations compliquent la prise de recul et la sérénité indispensables aux décisions de justice. Je suis moi-même dans ce cas, même si c’est à un degré moindre. C’est la raison pour laquelle je m’en remets à la justice pour l’essentiel de la sanction quand la justice peut intervenir, ce qui est le cas ici. Mon intervention supplémentaire consiste essentiellement à éloigner aussi vite que possible l’agresseur de sa victime. Et à réduire les risques de récidive pendant le retour à l’école si la justice décide un retour dans la vie en société.

Vincent P.

Faudrait-il créer une sorte de Comité de Vigilance anti Violences Sexuelles et Sexistes à la MDE ?

boukhana

Si la MDE et l'école sont séparés pourquoi alors faire passer un étudiant qui a juste fait une soirée chez lui en respectant les règles du gouvernement au conseil disciplinaire ?

Marine

Il ne me semble pas que les actions menees par la clitoliste soit de l'inaction. Et les personnes reunies ici ne sont pas inactives non plus.

Agathe Bosc-Haddad

Les 400 personnes qui ont signés la lettre ouverte, vous trouvez que ce n'est pas une réaction ca ?

Théo SARDA

Vous nous encouragez finalement à faire justice nous même ? Car toute les mesures du monde ne permettent pas de controller un individu (alcoolisé ou non) qui aurait des mauvaises intentions, c'est pour cela qu'on s'en remet au "autorités" pour user de leur pouvoir de nous protéger

Lucie

Nous avons crée un collectif, fait une campagne de prévention et de publication de témoignages, réaliser un flyer de prévention, mis en place des référents des élèves, nous vous avons convoqués pour la création des groupes de travail. Qu'attendez-vous de plus de nous ?

Daphné Cassedanne

Le problème n’est PAS l’alcool

Emma Guillot

Merci Lucie

Agathe Bosc-Haddad

Arretez, l'école a le pouvoir d'agir

Daphné Cassedanne

Nous agissons par la création de la clitoliste, par la participation aux groupes de travail, par notre présence ici

Edith

L'école a tout de même des contacts avec la maison des Elèves, vous avez le pouvoir de pousser la Maison des Eleves a agir

Les deux affirmations sont exactes, même si le « pouvoir de pousser » reste limité, comme j’ai pu le constater à plusieurs reprises depuis mon arrivée. J’espère que les évolutions récentes au sein de l’Association permettront d’améliorer les choses.

Vincent P.

Le personnel de l'école n'est pas invité aux groupes de travail sur le sujet, à part deux ou trois personnes désignées

Daphné Cassedanne

Ce que vous dites est honteux, le sujet est ici les vss et vous qui n’agissez pas contre

Lucie

Vous ne semblez toujours pas bien informé à ce sujet alors que cela fait presque 1 an que nous vous avons interpellé, l'image renvoyée est que ce sujet ne vous tient pas à cœur …

Daphné Cassedanne

Quel est le rapport avec les vss ?

Agathe Bosc-Haddad

Vous répondez souvent "je ne sais pas", n'avez vous pas honte de ne pas être au courant de sujets aussi importants dans votre propre école ?

Ce n’est pas crainte d’avoir honte ou pas qui guide mes actions pour l’école. Si je ne considérais pas ce sujet et les échanges importants, celui-ci n’aurait pas lieu.

Nicolas_1

Pensez-vous réellement que nous cautionnons les dégradations à la MDE ?

Je constate simplement que de nombreuses dégradations ou problèmes surviennent à la maison des élèves et continuent à survenir. A l’initiative des permanents, nous avions proposé un accompagnement pour aider à lutter contre l’ébriété ; cela semble être tombé à l’eau. A l’initiative des élèves, nous avons lancé des groupes de travail pour lutter contre les violences sexuelles et sexistes qui semblent à l’arrêt.  C’est un constat.

Daphné Cassedanne

L’alcool amplifie manifestement le problème mais n’est PAS le problème

Agathe Bosc-Haddad

Les Violences Sexistes et Sexuelles sont un problème de société, alcool ou non

Sebastian Morris

Comment pouvez-vous dire que rien n'est fait du côté des élèves, alors qu'il y a eu la création de multiples entités (Clitoliste, Fémin'ISF, Référents VSS au BDE, etc.) et que l'on pourrait citer de multiples actions de chacune d'entre elles, que ce soit au niveau de la prévention, de l'accompagnement de victimes ou de sécurité en soirée.

Corentin Grard_1

Très scientifique de faire une généralisation

Agathe Bosc-Haddad

les 150 féminicides par an n'ont pas lieu sous l''emprise de l'alcool

Théo SARDA

Il est compliqué de gérer le QUELQUES individus nocifs, je pense que je ne suis pas le seul à espérer voir ces conportements disparaitre. Ne pas oser virer des individus ayant commis un crime ne permet pas de dissuader les comportements de destruction à la meuh.

Edith

Qu'en est-il des témoignages des remarques sexistes au sein de l'école, par le personnel de l'école ? Je ne pense pas que l'alcool en soit la cause

Marius Quetier

A titre informatif, avez-vous déjà participé à une session de travail avec les groupes de travail présents au sein de l'imt

Oui. Je suis membre du groupe sur les sanctions et du groupe de pilotage. Ces groupes n’ont pas eu d’activité depuis la rentrée, à ma connaissance.

Axelle

Vous ne comprenez pas notre inaction face aux problèmes. Je pense que vous parlez des problèmes d'alcool. Malheureusement, je crains que vous confondiez les problèmes d'agressions sexuelles et de viols avec les problèmes d'alcool. Je pense que vous n'avez pas conscience que les agressions et les viols ne sont pas forcément commises sous emprise de l'alcool. Et même lorsque c'est le cas, l'alcool n'est pas toujours le facteur déclencheur. C'est dur d'entendre que les élèves n'agissent pas face aux problèmes alors que l'on est dans une discussion sur les problèmes de VSS et que justement on agit sur le problème.

Daphné Cassedanne

Peut-on recentrer le sujet sur les vss et votre inaction à ce sujet ?

Clément S

Vous nous demandez d'agir plus fermement sur ce qu'il se passe à la MDE. Cependant, lorsque plus de 300 personnes vous demande de renvoyer des violeurs pour éviter toute récidive au sein de l'école et/ou de la MDE MAIS également pour dissuader les potentiels agresseurs, vous n'avez pas l'air de vouloir faire grand chose et de nous soutenir.

Un viol est puni de 15 ans de prison. Si la menace de 15 ans de prison ne suffit pas à arrêter un violeur, croyez-vous vraiment que la menace d’une exclusion de l’école le fera ? La menace de sanction est loin d’être le moyen de prévention le plus efficace. Le plus important est d’éviter le viol donc d’agir en prévention dans tous les domaines, dont le harcèlement et l’alcool.

Manon Moal

Vous ne faites que répéter que 'vous n'en savez rien" mais vous continuez à parler comme si vous connaissiez totalement le sujet. C'est incompréhensible de vouloir faire une réunion comme celle-ci alors que vous ne le maitrisez pas. Depuis la création de la Clitoliste et la publication des témoignages, ne vous êtes vous pas dit qu'il était nécessaire de vous renseigner dessus (il existe beaucoup de moyens très accessibles de se renseigner) ?

Je n’ai effectivement pas la prétention du savoir universel, même si j’ai passé beaucoup de temps sur ces questions.

Emma Guillot

Je précise que nous avons reçu des témoignages de viols étant commis sans emprise d'alcool. Certaines personnes n'ont pas voulu rendre ces témoignages publiques pour ne pas être reconnus par leurs agresseurs.

Vous me l’apprenez sans malheureusement me surprendre. C’est encore plus terrible car la victime et l’agresseurs aient continué à se croiser, certainement à plusieurs reprises, après les faits. La possibilité de recueillir les témoignages d’agression de manière confidentielle et confiante est fondamentale pour pouvoir avancer.

Agathe Bosc-Haddad

Après 1 an à en parler, quand pensez vous enfin vous renseigner sur le sujet ????

Marius Quetier

A titre informatif, avez-vous déjà participé à une session de travail avec les groupes de travail présents au sein de l'imt

Vincent P.

Pour bien comprendre les enjeux - Dans l'idéal, que souhaiterait le collectif contre les violences sexuelles et sexistes par rapport au sujet actuel des deux élèves violeurs ?

Nicolas_2

Les peines de prison de moins de deux ans ne sont souvent pas effectuées, en raison de la surpopulation des prisons

Clément S

Nous devons donc agir mais sans le soutien de l'école ?

Agathe Bosc-Haddad

un peu seulement !!

MarianneB

Les VSS concernent bien sur les violences physiques sexuelles mais aussi les comportements ou propos sexistes: il ne faut pas l’oublier dans la réflexion générale

Vincent P.

Merci

Lucie

Vous n'avez toujours pas présenté vos excuses pour vos propos qui ont blessés les victimes

Claire LONGUET

Pourquoi ne pas avoir demander au correspondant des études de faire l'interface avec les élèves?

Solenn F.

Nous serons présent.es.s a ces groupes de travail.

MarianneB

Pour info Des groupes travaillent ils ne sont pas à l’arrêt

Solenn

Merci

Keltoum B.

Merci

boukhana

Merci

MarianneB

bonne journée

Clément S

Merci à vous.

Sebastian Morris

Au revoir.

Les Q-R ont été désactivées

Vincent P.

Bravo à vous deux

AZEMA N.

merci

Christophe MILLET

Merci

Agathe Bosc-Haddad

Merci Laia et Louise

Agathe Bosc-Haddad

Où pourra t on avoir accès à l'enregistrement ?

 



Last modified: Friday, 4 June 2021, 9:07 AM